English Version
gothique et romantique

Étoiles

Publié le 26 Déc 2018

romantisch, gothique, romantique, gotisch, rêve, fantastique, fantastisch, sombre, dunkel, traum, romántico, gótico, soñado, oscuro, fantástico, romantico, gotico, sognato, scuro, fantastico, porte, eau, pierres, , eau, see, mer, cimetière, croix, poème d’amour, lettre d’amour, roman gothique, poème romantique, lettre romantique, poème gothique, gothique et romantique, larme, église gothique, mélancolique, mélancolie, nuit, night, dark, sombre, memories, souvenirs, melancoly, soulages, Baudelaire, Verlaine, Rimbaud, Soulages, noir, baudelaire, verlaine, rimbaud, friedrich, Friedrich, Nietsche, nietsche, noir, black, Maupassant, Mary Shelley, Lewis, Irving, Frankenstein, vampire, vampyre, château, castle, Mozart, mozart, diable, diabolique, Victor Hugo, fantôme, Fantôme, fantome, fantômes, Mont-Saint-Michel, mont saint michel, tombe, grave, doll, poupée, cathédrale, vitraux, vitrail, plage, seaside, beach, Verlaine, Appolinaire, Rimbaud

Je pourrais pardonner aux âmes impécunieuses. Leur absence de raison, l’abondance sans façon. De leurs caprices fades, de ces cicatrices sur leur face. Comme cette immortalité fallacieuse. D’un temps où s’effacent les traces. De nos pas et ces mots bas. Susurrés pour ne pas être écoutés. Tous ces regards noués, nos mains attachées. Mais jamais ô grand jamais.

Je ne veux recycler les souvenirs du passé. En tas de sable offerts aux ouragans. A toutes ces tempêtes qui soufflent au-dessus de nos têtes. Emportant la première image de ton regard. Souviens-toi, dans la lumière orangée il se faisait tard. Elle enveloppait nos étoiles. Comme d’immenses voiles. Mais jamais ô grand jamais.

Je ne pourrais décliner l’invitation de revoir. Cet instant magique d’un soir. Ces éclairs dans la nuit noire. Ces étincelles en pluie sur le trottoir. Tombant de si haut sur nos épaules. En fracassant le dernier instant de chaos. Avec la tendresse d’une chatte qui miaule. Doucement emporté par un regard de macho. Mais jamais ô grand jamais.

Je ne peux refuser à l’inconnu. Le velours d’un silence impromptu. Ce lieu où nous allions marcher. En se laissant enfermer. Dans le cercle d’une attirance complice. Nous l’appelions avidement. De cette force dévastatrice. Alors que s’étirait la mélodie de nos accords. Mais jamais ô grand jamais.

Je ne pourrais laisser l’insuffisance rance. De l’habitude devenir la coutume. D’une routine nous poussant dans la brume. L’infernal abandon de vertiges sans pardon. Où se cachent ces fissures que j’abjure. Cette tendresse verticale comme une épée. Plongeant dans nos cœurs abandonnés. Mais jamais ô grand jamais.

Je ne peux renier ce qui a été. Mieux qu’une fatalité cette unique vérité. La muraille construite autour de ce verbe aimer. Avec nos mains, notre sang. Violemment, renforçant notre fidélité. Nous morceaux agglomérés dans cette volonté. De protéger ce bien sacré. Fait pour résister aux contrariétés. Mais jamais ô grand jamais.

Je ne pourrais assécher contre les murs. Les larmes de nos douleurs immatures. Le feu de ces volcans cadenassés. Quand l’absence outrepasse ses droits. Fabrique ce manque immodéré et érodé. Cet océan de rouille où je tremble de froid. Seul face à la tombe du vide. Ce vertige glacial et acide. Mais jamais ô grand jamais.

Je ne veux m’endormir au soleil. Sans regretter les ombres fraîches. Des cerisiers et le vol des abeilles. Ta peau au goût de pêche. Fruit de nos amours fusionnels. Dans l’anarchie de nos valeurs institutionnelles. Cette décadence d’une fièvre sans pitié. Avec l’addiction de nos âmes irradiées. A jamais ô grand jamais.

le sang de la nuit, la naissance de l'ange, decouvrez le dernier roman de steffan urell

Votre avis sur cet article ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

This site is protected by wp-copyrightpro.com

This function has been disabled for Gothique-et-Romantique.