English Version
gothique et romantique

Parle-moi de tes mondes

Publié le 2 jan 2018

romantisch, gothique, romantique, gotisch, rêve, fantastique, fantastisch, sombre, dunkel, traum, romántico, gótico, soñado, oscuro, fantástico, romantico, gotico, sognato, scuro, fantastico, porte, eau, pierres, , eau, see, mer, cimetière, croix, poème d’amour, lettre d’amour, roman gothique, poème romantique, lettre romantique, poème gothique, gothique et romantique, larme, église gothique, mélancolique, mélancolie, nuit, night, dark, sombre, memories, souvenirs, melancoly, soulages, Baudelaire, Verlaine, Rimbaud, Soulages, noir, baudelaire, verlaine, rimbaud, friedrich, Friedrich, Nietsche, nietsche, noir, black, Maupassant, Mary Shelley, Lewis, Irving, Frankenstein, vampire, vampyre, château, castle, Mozart, mozart, diable, diabolique, Victor Hugo, fantôme, Fantôme, fantome, fantômes, Mont-Saint-Michel, mont saint michel, tombe, grave, doll, poupée, cathédrale, vitraux, vitrail, plage, seaside, beach, Verlaine, Appolinaire, Rimbaud

Parle-moi de tes mondes. Ces lambeaux arrachés à leurs sanctuaires. Qui flottent là-haut sur des mats de colères. Se coloriant dans les laves des volcans. En frappant à la porte d’alchimistes miséricordieux. Leur proposant des écus ou d’autres dieux. Quand les vivants se sentent morts. Et marchent sur le sable en vomissant un or. De rare impudeur sortie des athanors.  Installés dans des rues malencontreuses. A la recherche de flamboyantes lumineuses. En dessinant les fables de l’invraisemblable. Pour s’immerger dans les contes noirs. Lorsque les diables impriment des bibles sur des grimoires. Récitent des psaumes dans des cloîtres. Quand le jour s’apprête à décroître. Sur le marbre où seront gravés les visages. De fantômes aux rictus d’otages. Et de leurs mains tombera le calice vide. D’une vie au sang coagulé et putride. Ces instants capricieux au goût capiteux. Ces idées qui vêtissent le néant. Firmament de l’indicible violence. D’être filles de tempêtes et du vent. En abolissant ce qui reste de croyance.  A toute forme de fragilité. Ou d’absolue précarité. Pendant que s’égare sur une route. L’enfant de solitude qui hante. L’instant absolu au corps d’infante. Parle-moi de tes mondes.

le sang de la nuit, la naissance de l'ange, decouvrez le dernier roman de steffan urell

Votre avis sur cet article ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>