English Version
gothique et romantique

Blog

Ennui

Publié le 25 Fév 2021 | Aucun commentaire

Il y a l’ivresse de ces nuits d’insomnies

Transportées par des alcools chargés d’ennui

A s’abîmer dans le dédale de forêts enneigées

Là où somnolent les ogres affamés et sans pitié

Qui guettent entre les branches des alvéoles

Les essaims parsemées de chevaux qui caracolent

Sur les plaines ensoleillées d’un ancien passé

Ils vont crinières aux vents au ras des cimetières

Longeant le lierre en galopant émerveillés

Sur le satin d’une herbe luisante et fière

Ils sont l’esprit d’une enivrante mélancolie

Coulant le matin des nuages bleutés et transis

Toute forme d’abandon n’est que nostalgie

Son sucre n’est pas miel, il n’est que sacrificiel

Aux vautours de se délecter de ses transhumances

Passives ou le lait n’a de maternel que l’essence

De fléaux qui s’entortillent dans le vent et l’ivresse

Pleurent les colombes grises aux taches mouchetées

Elles qui ont compris l’aversion de l’infortune irisée

Les bateaux de l’ennui sont plats, prêts à chavirer

A jamais ventrus dans l’apocalypse embaumée

Alors que poussent les tamaris sur des rives carbonisées

Lire la suite

Tout là-bas

Publié le 20 Fév 2021 | Aucun commentaire

Montre-moi que je ne m’égare pas, que mon cœur résistera

Qu’il sera plus fort que les rives sombres d’un ailleurs las

Je ressens ses peurs, je vois ses laideurs, elles sont d’ici

En ce lieu où bat la vie où tout n’est que transi, noirci

Ses ombres portent des masques qui les griment, les affadissent

Elles sont volages, sensibles, voluptueuses, elles trahissent

La ferveur d’une aurore au goût de vanille qui s’entortille

Parmi les volutes d’un feu de bois au cœur de sombres forêts

Cette odeur m’emporte vers les tombes de vieilles pensées

Mortes d’avoir frelaté avec quelques vautours trop sensibles

Elles ne sont plus que des ancêtres ridées et irascibles

J’étends les bras, mes mains les touchent, les reconnaissent

A leur inconstance, leur suffisance, je ressens leurs faiblesses

Qui m’emportent vers les rives sombres d’un ailleurs las

Là où s’endort la passion quand se couche le soleil tout là-bas

Lire la suite

Les soirs las

Publié le 11 Fév 2021 | Aucun commentaire

Il y a parmi les ombres de nos soirs las

Des voûtes où les ombres glissent hagardes

Illuminées par des chandelles et leurs éclats

Allant éparpillées au bal de fées goguenardes

Elles peuplent la voie céleste de nos frustrations

J’ai sur la peau les marques de leurs délibérations

En parjure à cette époque triste et crépusculaire

Où nos âmes avaient la flamboyance d’une guerrière

Étripant les nuits noires de nos dérives sanguinaires

Elles furent irréelles, frétillantes en symbiose

Présentant l’âme rebelle d’un parterre de roses

J’irai demain encore m’étendre sur leurs pétales

Et lutter contre l’ultimatum qui s’en exhale

Être nous-mêmes conquérants et indolents

J’aime cette idée de lenteur exaspérante

Entre les bois d’une forêt bleue s’endormant

Parmi les tentacules de fourmis laborieuses

J’admire leur promiscuité pâle et enivrante

Au sort d’une destinée irrémédiable et pieuse

Faîte de tremblements, d’une vie sans faille

Je me débats face à ce soleil et ses broussailles

En cherchant la clairière d’où brament les cerfs

Cette grotte lumineuse où fut posée notre litière

Lire la suite

Le vent

Publié le 5 Fév 2021 | Aucun commentaire

Hier matin, je rentrais enthousiaste, futile et léger

Irradié d’une sorte de témérité après avoir vagabondé

Plus loin que l’esprit émancipe l’âme et les pensées

Alors que furtive la pluie fouettait les étoiles

Pendant que l’herbe matinale blanchissait

Aux évanescences d’une aube qui se dévoile

Et que le soleil se hissait sur la pointe des pieds

Derrière une muraille de hêtres fiers et auréolés

Je rentrais en frôlant les troncs et les branches

Me laissant porter par le souffle des avalanches

Je dévalais des pentes extrêmes et imaginaires

En chevalier teutonique irascible et téméraire

Et je volais libre, pur et excessif sans compassion

Parmi les frémissements de mes excès oppressifs

Doux et hurlant toutes les rages de mes confessions

Enrobées du miel amer de mes ouragans transgressifs

Avec cette indolence d’aimer les orgies de mes passions

Le salé et le sucré de leurs caractères vils et impulsifs

Lorsque tout craque et se fracasse après mon passage

Pendant que flotte l’air romantique d’une forme de badinage

Celui d’un couple inflexible se quittant au temps sensible

D’un matin indélébile et de son aube présente et intangible

Lire la suite

Un matin glacé

Publié le 28 Jan 2021 | Aucun commentaire

Pendant qu’en ce matin glacé nous regardons le soleil se lever

J’ai sur la langue le velours capiteux d’un soir fiévreux

Cette chaleur d’une tendance irréversible et affriolante

L’intenable désir de féconder une ivresse par des mots à deux

Ce vocabulaire irrévocable et provocant qui nous enchante

Toi et moi romantiques sur le toit de nos cimes neigeuses

Là où l’aigle se fait moineau lorsque s’abat la grêle coléreuse

Alors que je te chuchote les bruits venus des mers polaires

Cet enfer où les tempêtes s’égarent dans des pleurs solitaires

Nos esprits parfois s’y égarent, s’accoquinent de l’invisible

Et pourfendent les traumatismes de nos rêves impossibles

Lire la suite

Le fantôme derrière la fenêtre

Publié le 22 Jan 2021 | Aucun commentaire

Alors que je m’extasiais stupidement pour des banalités

Et que je me répandais inutilement dans des élans indolores

J’hésitais à me projeter là-bas vers les contreforts de l’horizon

Pendant que mes frustrations avaient la résonance de mes afflictions

Aussi, je dus implorer indûment un couple de colombes multicolores

Ténébreux, il revenait enfiévré d’une ronde achevée par un vol de nuit

Il portait pesamment en bandoulière sur l’épaule un sac de nostalgie

Et passa si haut au-dessus du jardin puis alla se poser dans le lointain

J’aurais aimé qu’il s’approche et me parle de son voyage transafricain

Me fasse rêver par des artifices primaires et profondément enfantins

Que je puisse m’évader avec lui loin de ce présent insipide et contraint

Mais le ciel se couvrit de nuages anxieux tous bleutés et mouchetés

Je vis alors sortir de mes labyrinthes des fantômes endimanchés

Doux et vulgaires, ils voyageaient en solitaires dans l’air

Flottant sur des champs irradiés d’une aube blanche et amère

Je les ai observés sobrement prostré derrière ma fenêtre

Cette barrière entre eux et mon présent où s’enchevêtre

Les cadavres des mes errances filandreuses et giboyeuses

Parmi les galeries et les alcôves d’un château renaissance

J’erre entre les fils du temps me prélassant dans la nonchalance

Je somnole, me traîne, sacralisant une errance insipide et sans envie

Alors que le silence hurle sa cacophonie exaltée et foudroyante

Je suis invisible, fantomatique, totalement accompli dans ma vie

Je m’époumone en bafouant le néant d’une inutilité renversante

Pendant que j’inspire la poussière survoltée d’une haine flétrie

Lire la suite

This site is protected by wp-copyrightpro.com

This function has been disabled for Gothique-et-Romantique.