English Version
gothique et romantique

Les ombres

Publié le 10 Mar 2022

Je pourrai aimer les ombres crépusculaires

Leur donner un nom à l’emporte pièce

Comme une pantonyme stupide et fière

Spectateur devant elles d’un absolu d’espèce

Dans une variation inaboutie de notre ennui

En transhumance parmi un désert infini

Ces nuits où s’éteignent les bougies

Dans un souffle las, nos nuits à petits pas

Et si les rêves s’exfiltraient dans un imaginaire ?

Je saurais les retrouver sur d’autres terres

Là où vécurent les dinosaures de notre passé

Tu sais ces incertitudes toujours pressées

Lorsque nos cœurs battaient prestement

En s’unissant dans les tempêtes et dans le vent

Je vibre encore un peu, insuffisamment

Il me reste si peu, des détails, une faille

Profonde, ciselée comme une entaille

J’en lèche le sang dans un aboutissement

Où sont les ombres d’hier, crépusculaires ?

Cachées, effacées ou simplement s’endormant

Sur le lit de feuilles mortes, ce tapis de l’amer

Sur la langue, alangui, dans un frémissement

J’irai narguer l’inutile, toujours, encore cette fois

Cette carapace frigide en souvenir d’autrefois

Perdu dans l’immensité, voyageant sur un traîneau

Vers l’aube avec le poids abyssal d’un fardeau

Celui de nos compromis affadis et racornis

Rouges à jamais seront les fossiles de nos vies

le sang de la nuit, la naissance de l'ange, decouvrez le dernier roman de steffan urell

Votre avis sur cet article ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

This site is protected by wp-copyrightpro.com

This function has been disabled for Gothique-et-Romantique.