English Version
gothique et romantique

Deux heures moins le quart avant la naissance du monde

Publié le 3 juin 2014

romantisch, gothique, romantique, gotisch, rêve, fantastique, fantastisch, sombre, dunkel, traum, romántico, gótico, soñado, oscuro, fantástico, romantico, gotico, sognato, scuro, fantastico, porte, eau, pierres, , eau, see, mer, cimetière, croix, poème d’amour, lettre d’amour, roman gothique, poème romantique, lettre romantique, poème gothique, gothique et romantique, larme, église gothique, mélancolique, mélancolie, nuit, night, dark, sombre, memories, souvenirs, melancoly

Deux heures moins le quart avant la naissance du monde une statue tenait entre ses mains une tête. Depuis si longtemps que le temps l’avait oubliée. Posée dans un recoin alors que tous se préparaient à la fête. Personne ne se rappelait qui l’avait sculptée ou même imaginée. Elle restait là abandonnée à regarder le monde se déplier en sortant de sa coquille contractée. Tenant entre ses mains le poids d’une tête ronde comme le monde. Elle se demandait que faire de cet objet encombrant ? Pourquoi lui avait-ton confié cette charge ? Le monde s’arrondissait pendant que le jour fabriquait la nuit s’endormant.Le soleil montait dans le ciel sans partage. Éclairant la statue qui ne voulait pas être vue. Timide sans caprice, frêle sans artifice. Elle habitait dans ce recoin avant même qu’il y ait une fin. Ne demandant qu’à rester cachée. Du vent, des tempêtes, passant sur son corps sans tête. Abri aux alouettes et aux chouettes chantant à tue tête. Que la statue tenait une tête ronde comme ce monde. A naître dans une voie lactée en train de se féconder. Le temps eut l’idée de la lui voler, de s’en inspirer. Pour donner une âme à son projet. Il trouva dans la tête les pensées, le bien et le mauvais. Les posa sur son monde aux courbures rondes. Elles glissèrent, s’abandonnèrent sur les montagnes, dans les déserts. Elles imaginèrent la paix, inventèrent les guerres, façonnèrent une vie éphémère. La statue observait sans bouger tenant cette tête que le temps lui avait rendue. Plein de reproches. Comme un objet maudit. Laid et moche. Mère de toutes les tragédies. La statue fut condamnée à la garder. Elle n’a rien dit. Croyant en la fin de cet univers aux courbures rondes. Quand il arrivera. Elle s’enfuira. Deux heures moins le quart avant la naissance du monde…

le sang de la nuit, la naissance de l'ange, decouvrez le dernier roman de steffan urell

Votre avis sur cet article ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>