English Version
gothique et romantique

Au jardin de l’automne (suite)

Publié le 8 Nov 2016

romantisch, gothique, romantique, gotisch, rêve, fantastique, fantastisch, sombre, dunkel, traum, romántico, gótico, soñado, oscuro, fantástico, romantico, gotico, sognato, scuro, fantastico, porte, eau, pierres, , eau, see, mer, cimetière, croix, poème d’amour, lettre d’amour, roman gothique, poème romantique, lettre romantique, poème gothique, gothique et romantique, larme, église gothique, mélancolique, mélancolie, nuit, night, dark, sombre, memories, souvenirs, melancoly, soulages, Baudelaire, Verlaine, Rimbaud, Soulages, noir, baudelaire, verlaine, rimbaud, friedrich, Friedrich, Nietsche, nietsche, noir, black, Maupassant, Mary Shelley, Lewis, Irving, Frankenstein, vampire, vampyre, château, castle, Mozart, mozart, diable, diabolique, Victor Hugo, fantôme, Fantôme, fantome, fantômes, Mont-Saint-Michel, mont saint michel, tombe, grave, doll, poupée, cathédrale, vitraux, vitrail

Prostrés et aphones nous resterons. Devant le mur blanc du temps. Ce brouillard que l’on ne percera jamais. Par peur d’affronter l’effroyable vérité. Être orphelins de l’instant que nous vénérons. Ce présent qui dure dans le temps. Dans le cloître de notre  silence. Emportés par le  délice d’une douce transe. Rien ne pourra nous arriver. Intemporels et artificiels. Nous sommes invisibles, imperceptibles. On flotte, on barbote dans l’onde de l’instant. Qui n’existe pas. Sans croire à hier ou à maintenant. Juste errant, juste là. Au jardin de l’automne et ses couleurs monotones. Avec le sentiment de lui ressembler. Sur le visage un masque posé. Blanc, filtrant les rayons intrusifs. De l’attente et de la curiosité qui mettent à vif. Notre bouclier est végétal, animal. Nos discours ne  sont que des regards. Nous croyons au hasard. Notre dieu est vieux. Nous laissant toute latitude. Pour l’abandonner dans sa solitude. Nous veillerons jusqu’au crépuscule. L’instant où la nuit épouse le jour. Sur la terre de notre royaume minuscule. Nous parlerons d’amour. Ce débat qui n’en n’est pas. Derrière les murs blancs de notre forteresse. J’aime les traits de ta vieillesse. Mesurant qu’il est l’heure maintenant. De fermer les yeux, de faire le dos rond. Prostrés et aphones nous resterons. Devant le mur blanc du temps. Ce brouillard que l’on ne percera jamais. Par peur d’affronter l’effroyable vérité. Être orphelins de l’instant que nous vénérons.

le sang de la nuit, la naissance de l'ange, decouvrez le dernier roman de steffan urell

Votre avis sur cet article ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

This site is protected by wp-copyrightpro.com

This function has been disabled for Gothique-et-Romantique.