English Version
gothique et romantique

Une ordonnance singulière

Publié le 21 Avr 2022

Parle-moi de la nuit comme d’une évidence

Qui caracolerait dans les méandres de l’enfance

Une ordonnance singulière atone et majestueuse

Ombragée de ces humeurs vives ou impétueuses

Ourlées de l’insuffisance d’une voix triste et sombre

J’entends ce corps qui m’abandonne parmi les ombres

Toi, qui fut altier et tentaculaire aux reflets partagés

Nous sommes le bémol de l’indolence, cette évidence

Toutes les nuits sont bleues, étoilées et parsemées

D’une tendresse, d’une caresse, de tant de promesses

Cristallisant les larmes de nos pleurs, le sel de nos peurs

J’ai pour raison de tracer entre les blés un chemin de pierres

Hors de l’eau, extrait des carrières, pour nous sans manière

Un temps fait de rémission, de confession, d’absolution

J’en requiers le caractère insoumis en parfaite rébellion

En totale addiction avec nos évanescences irrespectueuses ?

Je suis la norme, l’hexagone aux frontières ténébreuses

Ce rien infime qui s’embrase, s’insinue parmi nos mimes

Petite chose au grain sucré, particule de miel qui sublime

Le temps d’antan dont la nostalgie s’évapore de nos pores

Je crois aux poses convenues quand d’hier s’élève l’aurore

Le sommeil éternel, le sort, l’instant devenant immaculés

Je porte aux lèvres ce calice avachi sur le canapé corseté

Ton corps aux courbes évasives, tes lèvres interrogatives

S’étendant à l’infini vers les confins de nos exigences vives

Succomber devant l’étrangeté de penser encore s’aimer

Et de tracer sur la toile des affirmations aux dermes parfumés

S’il-te-plaît, parle-moi de la nuit comme d’une évidence

Celle qui s’en alla caracoler dans les méandres de l’enfance

le sang de la nuit, la naissance de l'ange, decouvrez le dernier roman de steffan urell

Votre avis sur cet article ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

This site is protected by wp-copyrightpro.com

This function has been disabled for Gothique-et-Romantique.