English Version
gothique et romantique

Les chimères de nos actes oubliés

Publié le 16 jan 2018

romantisch, gothique, romantique, gotisch, rêve, fantastique, fantastisch, sombre, dunkel, traum, romántico, gótico, soñado, oscuro, fantástico, romantico, gotico, sognato, scuro, fantastico, porte, eau, pierres, , eau, see, mer, cimetière, croix, poème d’amour, lettre d’amour, roman gothique, poème romantique, lettre romantique, poème gothique, gothique et romantique, larme, église gothique, mélancolique, mélancolie, nuit, night, dark, sombre, memories, souvenirs, melancoly, soulages, Baudelaire, Verlaine, Rimbaud, Soulages, noir, baudelaire, verlaine, rimbaud, friedrich, Friedrich, Nietsche, nietsche, noir, black, Maupassant, Mary Shelley, Lewis, Irving, Frankenstein, vampire, vampyre, château, castle, Mozart, mozart, diable, diabolique, Victor Hugo, fantôme, Fantôme, fantome, fantômes, Mont-Saint-Michel, mont saint michel, tombe, grave, doll, poupée, cathédrale, vitraux, vitrail, plage, seaside, beach, Verlaine, Appolinaire, Rimbaud

Je caresse les chimères de nos actes oubliés. Dans ce lointain passé aux rêves exténués. Allant dans les souvenirs chercher. La violence explosée d’une vérité imposée. L’arbre de nos racines envenimées. S’affaissant sur un sol érodé.

Je confesse qu’il me reste si peu. Le soupçon d’instants valeureux. L’ironie complice de temps laborieux. Où j’allais chercher dans tes yeux. Le moment fugace d’être heureux. Courant vers toi depuis cent lieux. Alors que maintenant nous sommes trop vieux.

Je m’adresse à ceux que je n’ai pu voir. A ces oublis restés sans espoir. Les délaissant par pitié, par devoir. Leur contant ce qu’aurait dû être notre histoire. Cherchant à les convaincre de croire. Que sans manière nous fumes le soir. Et la nuit des tempêtes de nos vouloirs. Ballottés par le désir de savoir. Si nous possédions un absolu pouvoir.

Je laisse ce temps au firmament. Abandonnant l’orgueil enivrant. Recouvert du suaire de nos tourments. Quand du lointain s’annoncera le vent. Tourbillonnant de l’oubli envahissant. Vers lequel sera notre enfouissement. Nous irons en nous pelotonnant. Sans nous retourner tout en délaissant. Les chimères des actes d’un autre temps.

Je dresse le bilan de nos yeux fermés. Clos à l’hermétique sensation éprouvée. D’une profonde lassitude larvée. Stagnant dans la vase de nos marais. Où gisent les abîmés et les défenestrés. Qui souvent nous ont accompagnés. Et, ne restera que cette unique vérité. Celle de t’avoir intensément aimée.

le sang de la nuit, la naissance de l'ange, decouvrez le dernier roman de steffan urell

Votre avis sur cet article ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>