English Version
gothique et romantique

Le temps qui dure

Publié le 19 juil 2017

romantisch, gothique, romantique, gotisch, rêve, fantastique, fantastisch, sombre, dunkel, traum, romántico, gótico, soñado, oscuro, fantástico, romantico, gotico, sognato, scuro, fantastico, porte, eau, pierres, , eau, see, mer, cimetière, croix, poème d’amour, lettre d’amour, roman gothique, poème romantique, lettre romantique, poème gothique, gothique et romantique, larme, église gothique, mélancolique, mélancolie, nuit, night, dark, sombre, memories, souvenirs, melancoly, soulages, Baudelaire, Verlaine, Rimbaud, Soulages, noir, baudelaire, verlaine, rimbaud, friedrich, Friedrich, Nietsche, nietsche, noir, black, Maupassant, Mary Shelley, Lewis, Irving, Frankenstein, vampire, vampyre, château, castle, Mozart, mozart, diable, diabolique, Victor Hugo, fantôme, Fantôme, fantome, fantômes, Mont-Saint-Michel, mont saint michel, tombe, grave, doll, poupée, cathédrale, vitraux, vitrail, plage, seaside, beach, Verlaine, Appolinaire, Rimbaud

Dans la mue, dans la rue, de nos peaux nues. Entre nos mains, entre nos riens et ces instants que je retiens. En extase, en phase avec ces phrases. Qui se murmurent, qui s’endurent, et le temps qui dure. Une valse endiablée, un baiser enflammé, une promesse oubliée. Je m’en vais, je me laisse aller, dans l’instant oppressé. Pour m’habiller de noir, pour épouser le soir, m’assoupir en bord de Loire. En regardant partir, en tentant de retenir, la péniche de nos soupirs. Et se révèle, et s’appelle, le temps immortel. Filant sur les vagues, écrivant des mots vagues, à l’encre des algues. Je saisis l’instant infini. Je maudis ce moment inabouti. Que je pends sur les ailes d’un moulin. Que je fends sur le billot chaque matin. En talisman de ma dépendance. En assumant ma repentance. Pour ressusciter l’impossible. Pour exorciser le putrescible. Pour rêver à l’inaccessible. Dans la mue, dans la rue, de nos peaux nues. Entre nos mains, entre nos riens et ces instants que je retiens. En extase, en phase avec ces phrases. Qui se murmurent, qui s’endurent, et le temps qui dure. De nos tentations, de nos obsessions, de notre absolution. Comme un appel, comme une ritournelle,  éternelle. Cet amour, cette tour, ce toujours. Que rien ne retient. Que tout entretient. Je le magnifie. Je le glorifie. Dans la faiblesse, dans la bassesse, et la caresse. De toi, de rêver de toi, amoureux tout contre toi. S’enfante notre complicité, se charpente la dualité, de notre entente. Alors, se dérobe la mort, s’enrobent nos corps. D’un voile d’immortalité. D’étoiles sur la voie lactée. Dans la mue, dans la rue, de nos peaux nues. Entre nos mains, entre nos riens et ces instants que je retiens. En extase, en phase avec ces phrases. Qui se murmurent, qui s’endurent, et le temps qui dure.

le sang de la nuit, la naissance de l'ange, decouvrez le dernier roman de steffan urell

Votre avis sur cet article ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>