English Version
gothique et romantique

Je vois. Je crois…

Publié le 24 Août 2015

romantisch, gothique, romantique, gotisch, rêve, fantastique, fantastisch, sombre, dunkel, traum, romántico, gótico, soñado, oscuro, fantástico, romantico, gotico, sognato, scuro, fantastico, porte, eau, pierres, , eau, see, mer, cimetière, croix, poème d’amour, lettre d’amour, roman gothique, poème romantique, lettre romantique, poème gothique, gothique et romantique, larme, église gothique, mélancolique, mélancolie, nuit, night, dark, sombre, memories, souvenirs, melancoly, soulages, Baudelaire, Verlaine, Rimbaud, Soulages, noir, baudelaire, verlaine, rimbaud, friedrich, Friedrich, Nietsche, nietsche, noir, black, Maupassant, Mary Shelley, Lewis, Irving, Frankenstein, vampire, vampyre, château, castle, Mozart, mozart

Je vois. Sur la photo jaunie. Les larmes, les rêves inaboutis. J’entends. Les mots, leur amertume. Revêtant. Les pâleurs d’une nuit. Le vent, la pluie. La peur, nos frayeurs. Tanguant en résistant. Fermant les yeux. Pour s’accrocher tous les deux. Je comprends. Qu’il y aura une fin. Maintenant, un autre lendemain. Aléa au bout de nos pas. Une chute, le fracas. Du cristal de nos erreurs. En miettes, un haut le cœur. Je sais. Le vent hésite. A tout balayer. Une claque, de la dynamite. Nous deux, nos vœux. Échappés, envolés. Plus loin, sans rien. Je vois. Sur la photo jaunie. Les larmes, les rêves inaboutis. Dans ma mémoire s’endorment. Le jour, le soir. Sans espoir, perdant toute forme. Le temps comme une agonie. Un goût de vomi. Comme ça. Car c’est écrit. On reste là.  Le froid, le vent sur nos corps. Loin du décor. A regarder briller. Une ville illuminée. Toi et moi. Naufragés d’une étrange vérité. S’aimer. Je crois. Que c’est le mot à employer. Avant, il y a longtemps. On se plaisait à l’utiliser. Oublié, effacé. Sans retrouver les couleurs du passé. Adieu ce rêve merveilleux. Fougueux, impétueux. Se détachent tes bras qui m’enlacent. Derrière le miroir, ce tout qui s’efface. Flottent nos âmes transies. Parmi les ombres d’une nuit. Je vois. Sur la photo jaunie. Nos larmes, nos rêves inaboutis. J’entends. Les mots, leur amertume. Pendant que sur nous s’abat la brume. Se punir et souffrir. S’égarent nos vies. Là-bas dans l’infini. Je vois. Je crois…

le sang de la nuit, la naissance de l'ange, decouvrez le dernier roman de steffan urell

Votre avis sur cet article ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

This site is protected by wp-copyrightpro.com

This function has been disabled for Gothique-et-Romantique.