English Version
gothique et romantique

Posts made in août, 2019

Mélancolie

Publié le 29 Août 2019 | Aucun commentaire

Un soir. Une nuit. Une rue. Le silence. Le noir. L’ennui. L’innocence. Infiniment. A perte de vue. Quelques pas. Las. Lents. En traînant. Au hasard. Si seul. Si tard. Un linceul. Sans fard. Sur une ombre. Errant. Mécanique. Sombre. Nostalgique. Parmi. Hier. Une nuit. Hantant. Amère. Les méandres. Du temps. Prendre. L’instant. Le malaxer. Le broyer. En grains. Poivrés. Fins. Parfumés. Un soir. Une nuit. Le silence. Le noir. L’ennui. L’innocence. Infiniment. Une torpeur. Onctueuse. Protectrice. Mielleuse. Sans rancœur. Sans avarice. Habitée. De mélancolie. De poésie. Arbitrairement. Tendrement.

Lire la suite

Pierre par pierre

Publié le 19 Août 2019 | Aucun commentaire

Impertinent et  inconséquent ; violemment éprouvant ; terriblement étouffant. J’entends le ruissellement outrageant du temps. Dégoulinant lentement en s’abritant dans le vent. Lapidaire ou téméraire, il use de l’infiniment crépusculaire. Pour parfaire les terrils de ses mystères. Un à un, pierre par pierre, il s’abrite dans le cimetière. D’une pensée sclérosée de parler à l’imparfait. Comme jamais comme si tout était vrai. La postérité d’avoir été. Le présent de pouvoir regretter. Un compost décomposé pour fertiliser. La fusion d’une prochaine réunion. Je tangue sur les lèvres une mangue. Du sucre pour oublier le salé. Je revois les images d’autrefois. En décalé, dans un flou suranné. Mes fantômes savent sourire. Ils se sentent pourrir. Tant pis si c’est leur dernière folie. Minimaliste ou charismatique. J’aime leur coquetterie asthmatique. Hoquetant en tremblant. Frémissant en se recroquevillant. J’entends le ruissellement outrageant du temps. En huant son nasillement assourdissant.

Lire la suite

La chanson de l’homme vert

Publié le 6 Août 2019 | Aucun commentaire

Animal nocturne, habillé de brume. Sur le nez des traces de rhume. Regard sombre et taciturne. Yeux de braise et lugubres. Avec le besoin de se vider les burnes. Quelque part dans un bordel insalubre. Comme si c’était génial, d’être un animal.

Sans empathie, fidèle à la main qui le rappelle. Si violemment avec sur le visage un rictus. Cette cicatrice d’un rire, doux comme un cactus. Là où saignent des mouchoirs noirs. Quand la laisse se tend autour du cou d’un loup. Qui hurle, qui crie, qui gémit. Comme si c’était génial, d’être un animal.

En pissant sur des murs là où murissent des mures. En se frottant le long d’arbres se prosternant. Quand pâlit le soleil d’un été qui s’émerveille. Et qui jure qu’il fera un don. Aux souvenirs d’hier en les lapidant. Avec des pierres sans jamais leur demander pardon. Comme si c’était génial, d’être un animal.

Maintenant ou dans quelques instants.  Lorsque la mutation initiera l’apparition. D’un être solitaire, fort et fier. Construit de fer avec des reflets verts. De quoi rêves-tu ? Me le diras-tu ? Afin de colporter la bonne nouvelle. Il y a quelque part une étincelle. Qui allume des feux pour les dieux. Comme si c’était génial, d’être un animal.

En errant aux portes de l’enfer. En promenant dans une poussette. La pluie et le vent, ces deux commères. Cherchant à dissimuler leurs silhouettes. Dans une posture invisible. Pour que leur transe soit imprévisible. Comme si c’était génial, d’être un animal.

Se protégeant du jour, en croyant à l’amour. Déclaratif sur un pont avec des cadenas. En croyant que c’est comme ça. Que tout durera, jusqu’à ? Ce que les fleurs se fanent, que la lune se cache. Pour se moquer sans laisser de trace. Comme si c’était génial, d’être un animal.

Alors l’animal nocturne, habillé de brume. S’en ira là où il ne veut pas. Là où le noir est toujours là. Pas à pas envahissant les rêves étouffants. Marinés dans la friture d’une huile bleue. Comme ces yeux d’un regard langoureux. Que je vois si proche de moi. Transi, je sens le froid qui m’envahit. Comme si c’était génial, d’être un animal ?

Lire la suite