English Version
gothique et romantique

Bienvenue

Une vie ?

Publié le 27 Oct 2022 | Aucun commentaire

Une luciole au creux d’une forêt

Un jet de lumière tamisée

Dans l’évanescence d’un silence

Coulant en abondance dans l’immersion

De cet état fait d’une étrange absence

Un rien, comme le début d’une exception

En prévision d’une prochaine invasion

De sentiments en foule se bousculant

Violemment aux portes de l’esprit

Je te parle d’un bout de vie

D’un sommet, d’une extrémité

D’un instant de solennité

Invisible inscrit dans la fatalité

Par obsession de toucher à l’immortalité

A ce faux-semblant qui nous nourrit

J’y crois par réalisme et aussi

Par fatalisme pour faire comme si

Comme si nous étions imprévisibles

Je veux y croire, caresser l’inaccessible

Par jeu, par désir, par envie

Si proche de riens, tous si petits

Il en sera ainsi, bruyamment

En frétillant aveuglément

En me laissant ce présent inabouti

Un symbole, presque le début d’une vie ?

Lire la suite

Nuages

Publié le 21 Oct 2022 | Aucun commentaire

Où s’en vont les nuages ?

Ces coulées grises et noires

Immaculées et sans images

Vaporeuses sans savoir

Que nous les observons

Rieurs, tristes ou admirateurs

Par hasard, sans réelle attention

Pour un regard illusoire, une erreur

Pire encore, sans attente, sans penser

Qu’ils possèdent peut-être une vie

Qu’ils aspirent à s’ébattre, s’aimer

Et qu’au bout du bout ils toucheront à l’infini

Comme ça sans rien attendre, ni demander

J’ai cette croyance depuis l’enfance

Le rêve inabouti de vagabonder parmi eux

Dans un langage fécond, une résonance

Aux pleurs et aux cris, parfois avec si peu

Dans la redondance d’une inadvertance

La conséquence d’une ivresse, d’une dépendance

Aux festins avariés d’un repas sans fin

Oui, je crois qu’il y a là une histoire de foi

Quelque part parmi le ciel d’un petit matin

Torsadé d’une poignée de nuages

Ces coulées grises et noires

Immaculées et sans images

Jusqu’à ce que s’éteigne le soir

Lire la suite

Croire

Publié le 9 Oct 2022 | Aucun commentaire

Sur un canal à fendre l’âme

Coupant au travers des champs

Parmi la cohorte des flammes

Des tabous, l’encre de nos chants

J’entends murmurer puis s’effacer

Le souffle d’un évanouissement

Une trace indélébile et colorée

L’aboutissement d’une entente

Dans le labyrinthe, ses fentes

Où s’abritent l’essence bleue

D’un envol aux teintes de feu

Ses éclats, ses éclaboussures

Nous abrités de ses morsures

Je saisis l’idée de concession

La torture pour la projeter en fusion

Vers l’aurore et ses temps orangés

Ceux qui cognent fort dans la tête

Sont d’hier, de maintenant, et

Qui divaguera un soir de fête

En consumant les petits papiers

Gravés de mots magiques

Saturés de phrases tragiques

Dans le culte de la simplicité

Ce soir ou maintenant, à jamais

Par hasard, par vouloir, par fatalité

Dans l’explosion incontrôlée

Au-delà des iris et des bleuets

Danse le corps d’une idée sublimée

S’abîme le tendre et le violet

De nos candeurs à l’abri de l’arbre ombragé

Je vois monter l’excellence de l’aube

Sa grâce, ses ourlets qui enrobent

Le présent, le temps, le firmament

Touche ; oui touche ma peau

Par hasard, par violence, par faiblesse

En tremblant ou dans un dernier sursaut

Tangue l’absence d’un rien, à jamais, enfin

J’ai en moi ce plus inutile ou la sagesse

De croire en l’éternel d’un probable espoir

Lire la suite

Extrapoler

Publié le 27 Sep 2022 | Aucun commentaire

Extrapoler sur un canapé le monde d’après

Faire semblant qu’il reste tant de choses à créer

Basculer dans une ivresse d’ un à peu près

Exploser de joie par caprice puis se mettre à pleurer

Sans comprendre pourquoi le monde est apeuré

Fragilisé par tant de rejets, autant d’anxiétés

Engendrées par des annonces à l’avenir emmuré

Extrapoler sur un canapé le monde d’après

C’est comme demander à un chien de chanter

Puis de composer un Requiem et enfin de le diriger

On ira à confesse pour raconter nos futurs péchés

Ne plus croire qu’il existe une fatalité enivrée

Des tonnes de folies distillées par des gens endimanchés

Dont les rêves sont ceux d’autres payés pour les imaginer

Extrapoler sur un canapé le monde d’après

C’est faire du présent un passé composé

Qui implique de posséder une conjugaison aiguisée

Ciselée comme l’ouragan venu tout balayer

Les tombes de ces cimetières aux dalles délavées

L’oubli a ce don de rendre les souvenirs parfumés

Puis de s’estomper dans un brouillard noir et grisé

Extrapoler sur un canapé le monde d’après

J’en ai rêvé entouré de fleurs aux teintes exagérées

Une aberration et une approximation outrageusement colorée

Je n’en suis plus à une exagération aux goûts frelatés

Où se cache l’étincelle qui viendra réveiller

Les fantômes glorieux qui s’appelaient des chevaliers

Brisant de leurs épées les sceptres aux idées carbonisées

Lire la suite

Vertige

Publié le 14 Sep 2022 | Aucun commentaire

Vertige, calamité, obsessions et bien plus encore

Sur le tatamis de la vie, approximatif, rocambolesque

Vital, totalitaire, en susurrant une exception presque

Exceptionnelle avec une virgule dans l’angle mort

Qui copule avec des mots grossiers, orduriers et policés

J’en apprécie l’absence de venin sur la lagune de satin

Elle brille, scintille comme un arbre de noël illuminé

Sans cadeau à ses pieds dans le tohu-bohu d’un petit matin

Il en est ainsi comme d’une marque d’esclave oubliée

Qui ne part pas au lavage du temps, c’est immérité

Mais comment effacer tant d’infidélité à la postérité ?

Il y a encore sur le papier des mots violents, offensant

Qui hantent la mémoire, le passé, en s’érodant si lentement

Je ne peux les répudier, ils ont cette force de s’alimenter

Quand sera creusée la fosse de ces corps, de leurs infirmités ?

Lire la suite

This site is protected by wp-copyrightpro.com

This function has been disabled for Gothique-et-Romantique.