English Version
gothique et romantique

Blog

Le château de nos imaginations

Publié le 1 août 2018 | Aucun commentaire

romantisch, gothique, romantique, gotisch, rêve, fantastique, fantastisch, sombre, dunkel, traum, romántico, gótico, soñado, oscuro, fantástico, romantico, gotico, sognato, scuro, fantastico, porte, eau, pierres, , eau, see, mer, cimetière, croix, poème d’amour, lettre d’amour, roman gothique, poème romantique, lettre romantique, poème gothique, gothique et romantique, larme, église gothique, mélancolique, mélancolie, nuit, night, dark, sombre, memories, souvenirs, melancoly, soulages, Baudelaire, Verlaine, Rimbaud, Soulages, noir, baudelaire, verlaine, rimbaud, friedrich, Friedrich, Nietsche, nietsche, noir, black, Maupassant, Mary Shelley, Lewis, Irving, Frankenstein, vampire, vampyre, château, castle, Mozart, mozart, diable, diabolique, Victor Hugo, fantôme, Fantôme, fantome, fantômes, Mont-Saint-Michel, mont saint michel, tombe, grave, doll, poupée, cathédrale, vitraux, vitrail, plage, seaside, beach, Verlaine, Friedrich, Appolinaire, Rimbaud

Tout en parlant à nos vieillesses arrivées. Tout en fleurissant nos rêves embaumés. Dans une faiblesse passagère et assumée. Je vole les mots d’un poème tressé avec des blés. Dans la lueur d’un matin saturé. J’imagine les reflets d’une nuit entrebâillée. Dans la pénombre d’un soir délavé. Il y aura cette plénitude du silence. Une absence se diffusant en essence. Sur le violon ivre de notes désaccordées. Te souviens-tu dans le miroir ? Du crépuscule de notre histoire. Un château, une tombe, un sarcophage. Un peu maudit, un peu otage.

Pendant que subsistent des mots et des images. Que l’on ne peut plus dire. Que l’on ne peut plus voir. Musique héroïque et fantastique. En nous qui déambule comme un espoir. Parmi les labyrinthes féériques. De nos dérives langoureuses et paresseuses. Je les caresse en animal de mystère. Aux crocs vaporeux et amoureux. Je lèche des larmes de sang. En moi brûlant comme le fer. De nos anneaux aux doigts portés. Talismans de nos mauvaises pensées. J’en redoute leurs morsures. Ma foi en toi qui dure.

Ainsi et maintenant aux matins calmes de nos paradis. Subsistent un rêve, une vision parfois rien. Et toujours ce besoin qui nous retient. Romantiques et nostalgiques ? À la frontière de la panique. Comme un bienfait imparfait. J’en cultive l’acide sur nos plaies. Cicatrices ou décorations pour la postérité ? Dans la tourmente de nos ouragans affrontés. Je parle et j’oublie l’essentiel. Ce poème, ce luxe bohème, immatériel. Écrit à l’encre de nos vies. Dans la signification d’une profonde envie.

Nous déclinerons tant d’invitations. En nous retirant au cœur d’un donjon. Dans le château de nos imaginations. Décorant ses murs avec des pierres brutes. On chassera le temps. Avec des arcs de suffisance.  Hurlant comme des brutes. Dans la totale dépendance. D’effusions intempestives et clandestines. Cette saveur comme un coulis de mandarines. Sur ton corps, sur mes lèvres. Et cette folie, cette ivresse transie. En testament de nos batailles de survie. Sur le parchemin dérisoire de notre histoire.

Alors parlons de nos secrets. A mots discrets. Sans nous chamailler. Pour ne rien avouer. Dans ce château subsistent des portes dérobées. Des endroits pour ne pas se retrouver. Je veux te rechercher, te courir après.  Je sais que tu refuseras d’être capturée. Avec des mots ou un regard et. Lorsque tu deviendras diffuse, obscure, oubliée. Je t’écrirai des lettres posthumes pour ce jour irradiée. Où nous saurons nous réconcilier.  Tout en parlant à nos vieillesses arrivées. Tout en fleurissant nos rêves embaumés. Dans une faiblesse passagère et assumée.

 

 

 

 

 

Lire la suite

Ce jour qui bâille

Publié le 25 juil 2018 | Aucun commentaire

Romantic, gothic, dream, fantastic, fantasy, dark, gate, door, magic, water, stones sea, cemetery, cross, love, lake, poem love, love letter, gothic novel, romantic poem, rom gothic poem, gothic novel, gothic and romantic, romantic letter, tear, gothic church, river, fields, angels, death, sun, end of the world, waves, snow, , summer, winter, lake, street, poem, poetry, romanticism, sad, sadness, melancholic, cathedral,

Avant que le soleil ne s’en aille. Que ne s’éteignent les ors de paille. Que la pénombre ne nous assaille. Et que nous pénétrions dans la grisaille.  J’en appelle à nos spectres qui ripaillent. En tenaille entre l’esprit et la mélancolie. D’aubes inaltérables et affadies. En ce lieu de profonde entaille. Creuset d’un torrent qui s’écaille. Sur les parois de nos murailles. J’attends d’eux le terme de nos batailles. Dans un pardon qui nous aille. Et que plus personne ne ferraille. Et, que plus personne ne tressaille. Sur les terres arides de nos rocailles. Pour qu’à jamais s’arrête la mitraille.

Et dans ce jour qui bâille. J’en appelle à nos spectres qui ripaillent. En tenaille entre l’esprit et la mélancolie. D’aubes inaltérables et affadies Là-bas englués dans la mouscaille. Les pieds et l’âme qui trainaillent. Hantant le présent en composant leur harpaille. De cabossés, de perce-murailles. Portant pistolets, tirant grenaille. Pour effrayer et avoir mangeaille. Nobles et avilis par leurs cris qui braillent. Comme une troupe de bleusailles. Ou un récif de canailles.

Nous, les attirant comme des blanchailles. J’en appelle à nos spectres qui ripaillent. En tenaille entre l’esprit et la mélancolie. D’aubes inaltérables et affadies. Ondulant dans les entraves de ferrailles. Ces liens de l’esprit qui forgent nos failles. Et offrent à nos terreurs ses victuailles. L’heure est venue d’un temps qui taille. Dans le maquis de nos broussailles. Et que dans la pénombre de nos retrouvailles. S’arrête cette litanie qui rouscaille. De nos confessions qui piaillent. Comme le murmure de cette valetaille. Que nos spectres nomment leurs ouailles.

Lire la suite

Le soleil s’endormant

Publié le 19 juil 2018 | Aucun commentaire

romantisch, gothique, romantique, gotisch, rêve, fantastique, fantastisch, sombre, dunkel, traum, romántico, gótico, soñado, oscuro, fantástico, romantico, gotico, sognato, scuro, fantastico, porte, eau, pierres, , eau, see, mer, cimetière, croix, poème d’amour, lettre d’amour, roman gothique, poème romantique, lettre romantique, poème gothique, gothique et romantique, larme, église gothique, mélancolique, mélancolie, nuit, night, dark, sombre, memories, souvenirs, melancoly, soulages, Baudelaire, Verlaine, Rimbaud, Soulages, noir, baudelaire, verlaine, rimbaud, friedrich, Friedrich, Nietsche, nietsche, noir, black, Maupassant, Mary Shelley, Lewis, Irving, Frankenstein, vampire, vampyre, château, castle, Mozart, mozart, diable, diabolique, Victor Hugo, fantôme, Fantôme, fantome, fantômes, Mont-Saint-Michel, mont saint michel, tombe, grave, doll, poupée, cathédrale, vitraux, vitrail, plage, seaside, beach, Verlaine, Appolinaire, Rimbaud

Quelque part. Plus loin, là-bas dans le lointain. Cette ombre qui prend le temps de s’habiller. De noir, de dentelles, d’oripeaux. Je pourrais lui ressembler. Si les lacs de mes nuits reflétaient son infini. Ils seraient bordés de fleurs, de coquelicots. Rouges comme le soir d’un soleil s’endormant. Je dessinerais des arabesques sur les ailes bleutées. De couchants aux soleils endormis. Alors que se lèverait le requiem d’un déclin programmé. Je parlerais d’hier comme s’il était présent et si. Dans la mélancolie d’un crépuscule momifié. Deux êtres sur une plage le regardaient. Nous pourrions être trois aussi.

Notre immobilité deviendrait fatalité. Si mes instants ne se vivaient pas en s’enfuyant. Sèves de lumière face au jour. Toujours nostalgique de cet instant se figeant. Flirtant avec la toile que ce voile. Noir, opaque et mystérieux, nomme langoureux. Je ressentirais l’accélération de mon affaiblissement. Frappant l’engourdissement de mes sens. A l’éveil de cette vraisemblance. J’esquisserais le frémissement d’un écarquillement. Une pulsation devant le soleil rougeoyant. Et, si nous devenions immortels en cet instant. Dans le simple émerveillement et si. J’attendais plus, un paradis ?

Je repousserais à plus tard le saisissement. Le frissonnement de vaciller et d’attendre. La peur de demain, la nostalgie d’hier, frémir d’entreprendre. Je pourrais devenir enfant de la pénombre. Glisser entre les montagnes sombres. Me délecter de cette infusion lente du temps. Alors, j’en deviendrais amoureux frénétiquement. A en crier, à en pleurer. Sans me retenir, sans faiblir. Sacralisant ces forces se libérant. Et, vers le soleil couchant je m’en irais. Aspiré, happé. Quelque part. Plus loin, là-bas dans le lointain.

Lire la suite

Romantique

Publié le 14 juil 2018 | Aucun commentaire

romantisch, gothique, romantique, gotisch, rêve, fantastique, fantastisch, sombre, dunkel, traum, romántico, gótico, soñado, oscuro, fantástico, romantico, gotico, sognato, scuro, fantastico, porte, eau, pierres, , eau, see, mer, cimetière, croix, poème d’amour, lettre d’amour, roman gothique, poème romantique, lettre romantique, poème gothique, gothique et romantique, larme, église gothique, mélancolique, mélancolie, nuit, night, dark, sombre, memories, souvenirs, melancoly, soulages, Baudelaire, Verlaine, Rimbaud, Soulages, noir, baudelaire, verlaine, rimbaud, friedrich, Friedrich, Nietsche, nietsche, noir, black, Maupassant, Mary Shelley, Lewis, Irving, Frankenstein, vampire, vampyre, château, castle, Mozart, mozart, diable, diabolique, Victor Hugo, fantôme, Fantôme, fantome, fantômes, Mont-Saint-Michel, mont saint michel, tombe, grave, doll, poupée, cathédrale, vitraux, vitrail, plage, seaside, beach, Verlaine, Appolinaire, Rimbaud

Dès lors plus vite et plus fort. Dans le tournoiement incessant. Du tumulte de nos vies éparses. J’allumerai le brasier incandescent. De nos rires et de nos farces. En écrivant le testament hystérique. De notre néant mélancolique. Sur un parchemin de tempêtes. Saisissant la plume d’un matin de fête. En donnant la lecture à des hirondelles. Elles ressentiront l’intense frisson. Volcanique de nos sursauts. Intimes projetés vers l’horizon. Nous, seuls sur les flots. Provocateurs en passé mineur. Sans autre bagage que des parcelles de bonheur. Les pieds mouillés par la marée. En tricotant le présent.  Il nous restera la possibilité de jurer. Fidélité à ce sentiment d’immobilité. Cette ferveur enflammée. Obsession immaculée. De rêver pour oublier. En donnant le droit à l’instant figé. De s’envoler et de tournoyer. Pour d’un dernier regard se dérober.

Nous laissant ce vide de rien. Le crépusculaire d’un monde imaginaire.  Où je sais les pénombres gagnantes. Les matins fragiles et vains. Avec leurs couleurs pâles et violentes. Nous irons au bord de la mer marcher. Confiant à ses ondes naissantes. Le message d’une mélancolie apaisée. En nous souvenant des teintes orangées. D’un soir d’été sur la Baltique. Féérique il s’en était allé. Nous, dans le désir d’en retarder le départ. Seuls face à la langueur du hasard. Il nous reste la trace de cette fatalité. Un compromis soumis et incisif. Écarlate aux couleurs de sang. D’un temps chaque jour répétitif. Nous le savons prochain et naissant. On l’espère et on l’attend. Parmi les odeurs d’une brume voilée. Dans la vigueur d’une incertitude rampante. Il apparaîtra entre les ombres calcinées. Se répandra dans une tristesse éblouie. Puis s’effacera dans la paresse de notre nostalgie.

Et les lames des souvenirs. Se feront larmes de revenir. Demain dans le clapotis infini. Où l’infernal est viscéral. Le furieux impérieux. Alors que du présent versatile. Infuse l’espoir fatal. D’un bonheur immobile. Silhouettes solitaires sur la toile. D’un tableau de Friedrich le romantique. Voguant sur les vagues de la Baltique. Le voile d’un soleil capricieux. Main dans la main nous deux. Vers un quelconque avenir. Dans le silence de notre temps. Où les repères sont murmures. S’assoupir puis briser le mur. Chassant des montagnes glacées. Les terreurs de nos peurs immuables. Ces spectres tristes et désargentés. Hantés de leurs dérives impalpables. Et nous irons en conjurer le sort. En puisant dans la sève de notre corps. L’aube gracieuse d’espérances voluptueuses.

 

 

 

Lire la suite

L’orage pétrole

Publié le 4 juil 2018 | Aucun commentaire

romantisch, gothique, romantique, gotisch, rêve, fantastique, fantastisch, sombre, dunkel, traum, romántico, gótico, soñado, oscuro, fantástico, romantico, gotico, sognato, scuro, fantastico, porte, eau, pierres, , eau, see, mer, cimetière, croix, poème d’amour, lettre d’amour, roman gothique, poème romantique, lettre romantique, poème gothique, gothique et romantique, larme, église gothique, mélancolique, mélancolie

Un train de nuit dans un champ de tournesols. Jaune et pluie sous l’orage pétrole. Sur nos visages noirs et nostalgiques. Le charbon d’haleurs féériques. D’un jardin de tungstène où nous irons divaguer. Puis nous poser sur des bancs d’acier. Après avoir volé à des pivoines délicates. Des senteurs importées par une frégate. J’en ressens leurs vapeurs et leurs odeurs. Ce miel sur mes lèvres ; sur mes doigts cette moiteur. Stérile et incongrue que mes rêves fabriquent. Je tracerai des écailles dans le ciel. Et nous foulerons cette mosaïque. Dans la chaleur torride de nos langueurs insipides. Fluides et conquérantes parmi les vagues et la brume. Découvrant d’autres mondes que l’écho exhume. Avant de les comparer aux tubercules. De nos soleils souterrains. Là où s’ébattent les funambules. De nos projets sans lendemain.

Lire la suite

Ma muse

Publié le 27 juin 2018 | Aucun commentaire

romantisch, gothique, romantique, gotisch, rêve, fantastique, fantastisch, sombre, dunkel, traum, romántico, gótico, soñado, oscuro, fantástico, romantico, gotico, sognato, scuro, fantastico, porte, eau, pierres, , eau, see, mer, cimetière, croix, poème d’amour, lettre d’amour, roman gothique, poème romantique, lettre romantique, poème gothique, gothique et romantique, larme, église gothique, mélancolique, mélancolie, nuit, night, dark, sombre, memories, souvenirs, melancoly

Alors que mes mots écrivent à ton cœur absent. Je ressens l’appel d’une pensée confuse. Le chant d’une sirène s’endormant. Muse d’une éternelle présence invisible. A qui je donne la forme de nuages. Filles de mes ombres insubmersibles. Toujours en rébellion presque volages. Parlant avec acidité à ma mélancolie. En dessinant les caractères et les frontières. De mes relations tumultueuses. Avec des aubes impassibles et voluptueuses. Ainsi s’en vont les marées vers un ailleurs. Où s’endorment les victimes de nos fureurs. Dans les  cris et les maux de notre folie.

Je tangue sur les flots. Entre les mains les plumes de l’oiseau. Cet enfant emportant nos rêves. Nourris de notre imagination blême. Bien avant que le jour ne se lève. J’aime la pénombre et ses couleurs crème. La vingt-cinquième heure de nos turbulences. Quand l’instant devient blé intense. Cet or s’écoulant sur nos deux corps. Avant que ne survienne la mort. De nos nuits teintées par l’aube affadie. Je hais ce temps. Distillant l’acide de ma nostalgie. Triomphante et vulgaire dans un verre gris. Il m’en reste le goût sur les lèvres. Dans la pâleur d’un matin mièvre.

Alors nous partirons au bal des absents. Survivants à nos essentielles cabossées. Sourds aux notes lourdes d’un requiem. Et, je dessinerai sur le sable. Le tracé de nos visages ridés. En aimant nos gouvernails fous. Ces dérives sans but. Instants offerts aux loups. Leurs rages, leurs luttes. Nous spectateurs et voyeurs. Dans une clairière au cœur d’un labyrinthe boisé. J’ai même pensé t’embrasser. Dans la silhouette d’une pensée. Confuse que je dédie à toi ma muse. Tandis que mes mots écrivent à ton cœur absent. Le chant d’une sirène s’endormant.

Lire la suite