English Version
gothique et romantique

Bienvenue

Un silence insolent

Publié le 17 Fév 2020 | Aucun commentaire

Un roman inachevé de quelques mots égarés. Tracés au sang noir de vents violents. Profanant des tombes aux pierres lézardées. Flétrissant tant de nuits d’ennui démultipliées. Alors que s’abat un silence envahissant et angoissant. Venant distiller dans le cœur un froid saisissant. Comme une trace de rancœur fragile et indolente.

Puissante et étouffante, elle est une cicatrice béante. Dont les reliefs sont les Everest de mes impuissances. Les insuffisances immatures de ma dépendance. Aux vestiges d’un passé révolu. Auquel j’accordais tant d’absolu. Il est aujourd’hui le néant. Dans un labyrinthe de tourments. Aux murs tagués de mots écorchés.

Là où flamboie le soleil éternel. De matins frileux et silencieux. Dans l’appel de piétiner les traces oubliées. Et de tremper les pieds dans la glaise enflammée. Recouvrant les humeurs d’hier et d’aujourd’hui. En apostrophant le présent avec impudeur. Sans leurre, sans peur, ni rancœur. Comme si la fatalité n’était qu’un pantin désarticulé.

Du tout là-haut jouant de ses mains. Avec les fils de jours sans fin. Étirant leur ennui dans un silence hypocrite. Rite de chaque aube lorsque la plaine sourit. Aux sarcasmes d’un soleil inabouti. Alors que la pénombre épouse une aube d’or. Et que ma main tremble sur le parchemin. D’un roman inachevé de quelques mots égarés.

Quand il me reste à moudre le présent, pendre l’absent.

Et faire d’hier le monument d’un silence insolent…

Lire la suite

Les caprices de l’aube

Publié le 10 Fév 2020 | Aucun commentaire

J’ai l’impudeur de croire aux caprices de l’aube. A cette lumière blanchâtre sortie de l’âtre. Où l’infortune de mes songes portent l’aube. Des simples et des miséricordieux. Progressant fragiles et anxieux. Sur le parterre d’un chemin de pierres. Vers des lendemains qu’ils redoutent ténébreux. Lorsque tremble l’ouragan versatile. Qui s’engouffre dans les fissures de mes pas. Il m’habite et me hante. Il m’invite et me tente. Là dans les près de l’été. Parmi les spasmes de violoncelles incertains. Et m’apporte la mélodie de leur mélancolie. Aujourd’hui dans l’aube de ce matin. Je la rudoie et je m’apitoie. Sur le sort de ses tremblements infinis.

Lire la suite

Épitaphe

Publié le 7 Fév 2020 | Aucun commentaire

J’ai le souvenir vague de quelques zigzags. Dans le creuset fécond de nos âmes animales. Ces hésitations en lettres capitales. Irritables comme si s’approchait la fin. Un point terminal.pour un lendemain habillé de fatalité. Qui tapi attendait et savait qu’il allait arriver. Je l’ai abjuré de nous oublier, de nous abandonner. Parlant dans le vide, apitoyant le néant. Sans croire à cet impossible espoir. Et, laissant sur le marbre gravé. L’épitaphe de notre passé effacé.

Lire la suite

Un autre matin

Publié le 29 Jan 2020 | Aucun commentaire

J’ai dans le cœur ce souvenir. D’une allégresse qui transpire. Le trépas d’une onde sur le velours d’une eau profonde. Le frémissement d’une poignée de feuilles mortes. La langueur blafarde d’une lune qui exhorte. Les exaspérations frénétiques et mélancoliques. Alors que suinte un crachin sans fin. Sur les plaies à vif d’un passé nostalgique. Je fends le brouillard qui s’étend. Je pourfends les barrières qui altèrent. Les faits pour rejoindre dans le passé. Ce souvenir dans le cœur qui transpire. Cette idée que le temps a abîmée. Cette image aux reflets mordorés. Comme le trépas d’une onde sur le velours d’une eau profonde. Comme le frémissement d’une poignée de feuilles mortes. Comme la langueur blafarde d’une lune qui exhorte. Alors que dans la haie s’assoupit le furet. Et que demain se lèvera un autre matin.

Lire la suite

Voyage au début de la nuit

Publié le 20 Jan 2020 | Aucun commentaire

Vif et romantique comme un as de pique. A se morfondre pathétique et agnostique. Devant une gravure triste et poétique. Il se remettait d’un vol étrange et stratosphérique. Parmi les étoiles et des rêves mélancoliques. Il se rappelait les spasmes émotionnels et frénétiques. De ses parcours hérétiques entre des alambiques. Une version de ses dérives alcooliques. Sur la toile de ses nuits noires de panique. Il allait le pas lent, le regard angélique. En prise avec un fantasme rouge érotique. Comme le sang d’une expression élastique. Toute en souplesse et en cacophonie électrique.

Il humait ses trépas germaniques. Au coucher tard dans une rue de Munich. Là où s’endorment le vif et le lent nostalgiques. Deux exceptions opposées sur la définition d’hermétique. Cette pensée hygiénique qui les rend faméliques. Atrophiées et humiliées jusqu’au bout iconographiques. Jamais radiées de musées misanthropiques. Le vif et le lent comme vérités anatomiques. Il était otage de ces variables historiques. Il se démenait en agitant des grelots volcaniques. En répudiant l’atroce présence pathologique. De ses faiblesses pour concevoir un monde cinématographique.

Il en serait le héros hystérique. Avec ses mimes, ses rictus quantiques. En 3 D sur un écran XXL psychodynamique. Devant des spectateurs figés et amnésiques. Un syndrome d’amour antinomique. Une preuve d’intérêt théorique. Quand se produit une éclipse elliptique. Dans le ciel de ses espoirs synthétiques. A pas lents et vifs dynamiques. Cet avertissement à une frénésie mélancolique. Il allait s’entêtant dans son voyage onirique. Il s’abreuvait de menthe fluorhydrique. Il caressait le silence exotique. D’une serre dans un parc zoologique.

Il voyait sa nuit se briser en mosaïque. Dans ce voyage à l’épreuve de toute rhétorique. Acceptant ses forces, ses faiblesses systémiques. Sur l’échelle de ses tremblements volcaniques. Pantagruélique, il dévorait ses turpitudes nostalgiques. Parmi les rues et les avenues sombres d’un état nordique. Si proche d’ours polaires luttant sur une banquise asthmatique. Il n’avait entre les doigts qu’un sable philosophique. Sa place modique dans un monde atonique. Il comprit que sa dérive n’était que narcissique. Ainsi, sa nuit se referma dissymétrique sur son voyage onirique.

Lire la suite

This function has been disabled for Gothique-et-Romantique.