English Version
gothique et romantique

Bienvenue

J’ai oublié III

Publié le 7 Août 2020 | Aucun commentaire

J’ai oublié l’heure qu’il était. J’ai oublié le temps qu’il faisait.

Une humanité écarlate pour un jour sans pitié

Elle est chatoyante voire même flamboyante

Nous allons nous réchauffer

Devant l’âtre de sa gueule incandescente

J’exagère cette image concédante

Fausse et vulgaire. Parle-moi de nous

Des années entières. Ici, jusqu’au bout

Lovés sur la paille d’une caverne

Sur le visage des cernes. Épuisés, abîmés.

En extase devant cette éternité.

C’est notre soleil noir cabossé.

Lire la suite

J’ai oublié II

Publié le 30 Juil 2020 | Aucun commentaire

J’ai oublié l’heure qu’il était. J’ai oublié le temps qu’il faisait

Parle-moi de nous. Parle-moi de tout

Tenus en laisse comme des toutous

Déclamant du Baudelaire le nez en l’air

Fiers et apeurés ; têtus et amers

Répandant du bitume sur notre amertume

Jaune comme des tournesols fauves. Toi qui me sauve

Mes pleurs en guise de leurre. Un peu vieillis voire rétrécis

S’effritent les corrosions de nos hallucinations

Pour quelques euros. Jetés au fond d’un seau

Nous sommes laids et beaux…

Lire la suite

J’ai oublié

Publié le 21 Juil 2020 | Aucun commentaire

J’ai oublié l’heure qu’il était. J’ai oublié le temps qu’il faisait

Nos rires fous. Comme un coup

Dithyrambiques ou même pathétiques

Entamés par nos hurlements endiablés

Parle-moi de nous. Je te dirai loup

Profanant nos espoirs se coagulant

C’est en moi. Une profession de foi

Virtuelle et cruelle. Vibrant avec des ondes en dedans

J’entends les grelots du temps.

L’évaporation d’une intense passion.

Le tremblement du firmament.

Exaspérant, tellement exaltant…

Lire la suite

Une mer de pierres

Publié le 16 Juil 2020 | Aucun commentaire

Un récif de captifs. Une mer de pierres. Où rien ne pousse. Ni l’espoir ni le désespoir. Dormant sur de la mousse. Juste une mer de pierres. Dans le néant infiniment. Où s’endorment les fureurs. Périssent les rancœurs. Frémissent les prémices. Sur un ciel plein d’abeilles. Une lune pleine de miel. Exagérément envoûtante. Étrangement exaspérante. J’entends ses grelots. Sa chanson entêtante. Où t’égares-tu ? Petite ingénue.

Lire la suite

Paradis

Publié le 7 Juil 2020 | Aucun commentaire

Un récif de captifs. Une terre de pierres. Positif, affirmatif. Une terre de pierres. Totalement désespérante. Parfaitement déprimante. Tout là-bas, tout là-haut. Exagérément envoûtante. Étrangement captivante. J’entends ses grelots. La chanson entêtante. Où t’égares-tu ? Petite ingénue. Par ce délire fou. Ce verbiage mou. Tes transes mises à nu. Destructrices ou factices. Sans magie totalement désunies.

Un récif de captifs. Une terre de pierres. Où rien ne pousse. L’espoir et le désespoir. Dormant sur de la mousse. Une terre de pierres. Positif, affirmatif. Caricature qui préfigure. Le néant infiniment. Caressant ton cœur. Périssent les rancœurs. Frémissent les prémices. Tentaculaires, crépusculaires. Explosant en malaxant. Un ciel plein d’abeilles. Sur une lune de miel. Caractérielle essentielle.

Un récif de captifs. Une terre de pierres. Positif, affirmatif. Une terre de pierres. Parlant aux chats. S’adressant aux rats. Sous le vol de corbeaux. Traînant leurs sabots. Leur tournant le dos. Sans le moindre mot. Une île pour imbéciles. Émerveillement enthousiasmant. Accomplissement épanouissant. Un volcan déclamant. Ses fureurs en clameurs. Et, si c’était le paradis ? Si, c’était vraiment ainsi ?

Un récif de captifs. Une terre de pierres. Positif, affirmatif.

Lire la suite

This site is protected by wp-copyrightpro.com

This function has been disabled for Gothique-et-Romantique.