English Version
gothique et romantique

Posts made in décembre, 2017

Le magicien

Publié le 22 déc 2017 | Aucun commentaire

romantisch, gothique, romantique, gotisch, rêve, fantastique, fantastisch, sombre, dunkel, traum, romántico, gótico, soñado, oscuro, fantástico, romantico, gotico, sognato, scuro, fantastico, porte, eau, pierres, , eau, see, mer, cimetière, croix, poème d’amour, lettre d’amour, roman gothique, poème romantique, lettre romantique, poème gothique, gothique et romantique, larme, église gothique, mélancolique, mélancolie, nuit, night, dark, sombre, memories, souvenirs, melancoly, soulages, Baudelaire, Verlaine, Rimbaud, Soulages, noir, baudelaire, verlaine, rimbaud, friedrich, Friedrich, Nietsche, nietsche, noir, black, Maupassant, Mary Shelley, Lewis, Irving, Frankenstein, vampire, vampyre, château, castle, Mozart, mozart, diable, diabolique, Victor Hugo, fantôme, Fantôme, fantome, fantômes, Mont-Saint-Michel, mont saint michel, tombe, grave, doll, poupée, cathédrale, vitraux, vitrail, plage, seaside, beach, Verlaine, Appolinaire, Rimbaud

Le magicien est plein de savoir. Jouant avec nos couleurs indigo. Ces teintes déclinées avec des paillettes. Noires et fixées à nos oripeaux. Baguettes rigides de tant de frustrations. Non de celles qui nous ensorcellent. Mais bien de ce lien de chanvre infime. Empruntés aux caresses de notre passion. Qui nous lient en nous laissant infirmes. Au cœur des ténèbres de notre éveil.  Lorsque les cauchemars sortiront du sommeil.

Le magicien est triste et secret. Se plaisant à travestir la vérité. D’un ciel azur dans les éclairs du matin. Sur une falaise ou devant un coffre-fort. Alors que de son chapeau sortira un lapin. Plus fort que nos faiblesses intemporelles. Je me rappelle avoir applaudi devant ce tour. Les yeux fermés par l’appel des tranchées. Là où se gagne le combat de la vérité. Amour fragile dans un esprit de liberté.

Le magicien est clone de toi. Sorti en éprouvette du laboratoire de mes pensées. Soit le fruit d’un arbre sous le soleil des tropiques. Ou d’ailleurs quand la neige brûle et pique. Donne-moi une raison de t’éprouver. Trouve un fait pour me faire pardonner. Je suis coupable et innocent. Face à la folie de ta magie. Sur le long chemin de notre parchemin. Aux teintes indigo indéfiniment. Brise ma torpeur. Broie mes peurs. Encore une fois et cette fois.

Le magicien est un gladiateur. Agitateur invétéré de l’éternel. Alors que je ne crois qu’en l’instant. Ouragan qui porte mes ailes. Je danse au-dessus du volcan. En papillon infantile et morbide. Recouvert de la pluie acide. De ce remord tentaculaire et crépusculaire. Qui recouvre la tristesse de mes soleils. Restant là assis et protocolaire. Rigide quand demain sera pareil. Fermentant parmi les miasmes de l’enchantement. D’un impénétrable tour de passe-passe.

Le magicien est invisible. Imprévisible dans un marais de rancœurs. Ile de son âme versatile. Fadeur de ses soleils noirs. Quand des corneilles dévorent des poires. En jacassant au cœur d’une oasis. Parle-moi de ses vices. Conte-moi ses interdits. En brisant le sanctuaire de verre. Où s’abritent ses fragments de mélancolie. Ma pitié est fille de sa morosité. Unie à lui par rébellion. Nous irons jusqu’à demain. Enfin pour rester en communion.

Le magicien est orphelin. Du nom qui pourrait être le tien. Grand bateau blanc échoué. Plus haut que ne fondent les glaciers. Pour toujours là où se scellent les tours. Devant un public contraint et absent. Seul et en tissant le linceul. Recouvrant le corps de nos déclarations. Muettes jusqu’à l’absolution. En projetant le retour prématuré. D’un sourire sur la face du sujet. J’ai applaudi peut-être vomi. Puis me suis engouffré. Dans les abysses de mes paradis.

Lire la suite

Le mystère noir de la mer

Publié le 20 déc 2017 | Aucun commentaire

romantisch, gothique, romantique, gotisch, rêve, fantastique, fantastisch, sombre, dunkel, traum, romántico, gótico, soñado, oscuro, fantástico, romantico, gotico, sognato, scuro, fantastico, porte, eau, pierres, , eau, see, mer, cimetière, croix, poème d’amour, lettre d’amour, roman gothique, poème romantique, lettre romantique, poème gothique, gothique et romantique, larme, église gothique, mélancolique, mélancolie, nuit, night, dark, sombre, memories, souvenirs, melancoly, soulages, Baudelaire, Verlaine, Rimbaud, Soulages, noir, baudelaire, verlaine, rimbaud, friedrich, Friedrich, Nietsche, nietsche, noir, black, Maupassant, Mary Shelley, Lewis, Irving, Frankenstein, vampire, vampyre, château, castle, Mozart, mozart, diable, diabolique, Victor Hugo, fantôme, Fantôme, fantome, fantômes, Mont-Saint-Michel, mont saint michel, tombe, grave, doll, poupée, cathédrale, vitraux, vitrail, plage, seaside, beach, Verlaine, Appolinaire, Rimbaud

Raconte-moi ces choses étranges. Ces histoires que je ne veux oublier. Inscrites dans le livre noir des anges. Ceux qui marchent sur des chemins de pierres. Et se fondent dans les teintes vermeilles d’un soir. Déchirant l’horizon comme des lames de fer. Tranchantes et sorties du laminoir. Où sera forgé l’acier de ces flèches guerrières. Enfonçant la culpabilité de leurs regrets. En allant plus loin que ne portera leur regard. Au travers d’un épais brouillard. Vers le mystère noir de l’enfer. Sans avoir su apprivoiser leurs peurs. Accablées par le poids de leurs douleurs. Emportées par un vent de travers. Vers le mystère noir de la mer.

Chante-moi ce poème insurrectionnel. Ces textes que je ne veux oublier. Écrits avec l’agression d’une ritournelle. Qui se love dans les pensées. Fusionne avec la mélancolie omniprésente. D’un blues à la langueur lancinante. Ombre d’eux qui les suit. En guenilles au cœur de la nuit. Où tout sera neuf dans la nef du présent. Lorsque le magicien entrera en scène. Avec ses artifices de l’instant. Ils s’en iront proches de l’Africaine. Vers le mystère noir de l’enfer. Prisonniers de ce long voyage. Où les cœurs saignent sur des images. Vers le mystère noir de la mer.

Parle-moi de profonde solitude. Ces parchemins que je ne veux oublier. Quand les mots et les lettres seront inquiétudes. Évoquant cette pensée seule. Quand tombe le voile d’un linceul. Recouvrant le corps mort d’un prisonnier. D’outre-tombe reclus sans pitié. Dans une prison sans raison. Où s’abimera la poussière du temps. Pendant que des anges s’envolant. Vers le mystère noir de l’enfer. Dans une illusion sans repère. Seront subjugués par la seule idée. De rester encore en vie. En ce temps d’un présent enfui. Vers le mystère noir de la mer.

Rappelle-moi simplement pourquoi ? Ces heures que je ne veux oublier. Sont envahissantes et engourdissent. Ces anges aux larmes glacées. Avec leurs âmes lisses. Dans les temples de chapelles. Au cœur de citadelles. Sombres où s’abrite. L’ombre de vouloir leur ressembler. J’ai besoin de savoir vite. Si l’on devra se diriger. Vers le mystère noir de l’enfer. En observant ce lendemain sans fin. Si proche et à portée de main. Quand mon regard s’en ira du cimetière. Vers le mystère noir de la mer.

Lire la suite

La photo d’hier

Publié le 11 déc 2017 | Aucun commentaire

romantisch, gothique, romantique, gotisch, rêve, fantastique, fantastisch, sombre, dunkel, traum, romántico, gótico, soñado, oscuro, fantástico, romantico, gotico, sognato, scuro, fantastico, porte, eau, pierres, , eau, see, mer, cimetière, croix, poème d’amour, lettre d’amour, roman gothique, poème romantique, lettre romantique, poème gothique, gothique et romantique, larme, église gothique, mélancolique, mélancolie, nuit, night, dark, sombre, memories, souvenirs, melancoly, soulages, Baudelaire, Verlaine, Rimbaud, Soulages, noir, baudelaire, verlaine, rimbaud, friedrich, Friedrich, Nietsche, nietsche, noir, black, Maupassant, Mary Shelley, Lewis, Irving, Frankenstein, vampire, vampyre, château, castle, Mozart, mozart, diable, diabolique, Victor Hugo, fantôme, Fantôme, fantome, fantômes, Mont-Saint-Michel, mont saint michel, tombe, grave, doll, poupée, cathédrale, vitraux, vitrail, plage, seaside, beach, Verlaine, Appolinaire, Rimbaud

J’étreins le sable de notre passé. Et lui parle de trahison. Je regarde les photos de notre abandon. Et lui refuse de m’apitoyer. Sur ton regard enfui. Vers un ailleurs d’oubli. Avec ce vide étourdissant. Qui scelle mon enfermement. De faire comme si. Rien n’avait existé. Mais il en est ainsi. Je peux le nier. Aide-moi à trouver. Cette intense vérité. Envahissante dans l’immobile. Figé sur papier glacé. Quitte à devoir tout renier. Les frissons et les transes. De te sentir en danger. Je préfère la corrosion de la souffrance. Comme le talisman de ma dépendance. Aux souvenirs de nos sourires. Aux douleurs de s’éprouver. Aux joies de se pardonner. Pour exister et vivre. Pour regarder dans le livre. D’une pénombre étendue. Sur la sève de notre mue.

Je me sens habité. Par ces détails morcelés. Je frémis avec cette nouvelle peau. Aide-moi à me rappeler. L’infime de ce passé. Qui sanglote sur une photo. Je sèche ses larmes. En désirant les ensevelir. Dans le vacarme de rugir. Plus fort que ce démon. Qui me traque et me mord. Avec l’infernale prémonition. De voir l’or sur un champ de blé. Sans remord de vouloir le voler. Je m’en irai les poches pleines à rabord. Pour racheter à la porte de la mort. Ton absence et la violence d’une sentence. Que le temps a porté à perpétuité. Ne me parle pas de fatalité. La fiente de l’avarice de nos sentiments. Se coucher en pensant avoir osé. Je n’ai pas envie de dormir. Je récuse la Belle au bois dormant. Avec cet éther de la maudire.

Je vouvoie le culte d’autrefois. Pour ne pas le provoquer. Lui, sanctifié en démon roi. Dans une chapelle caverneuse. Aux diables canonisés. Sur les têtes venimeuses. Des pics où sont empalés. Les rêves à pourrir de nos projets. J’écoute le piano du vent. Sa mélodie douteuse. Dans les branches du temps. Où sont tissés les toiles de notre passé. Comme l’invisible filet. Où fermentent les voiles de notre destinée. Je pleure sur elle. Comme un appel. A oublier la jalousie d’une avarice. Ce charme d’une langueur castratrice. Je m’endors et j’oublie. Le cycle lunaire de mes envies. Sur la crête des montagnes. Avec ce désespoir qui gagne. Plus désespérant et plus puissant. Que les récifs de ces arcs en ciels. Nos mirages insurrectionnels.

J’étreins la main de notre présent. Pour ne plus devoir. Croire qu’en me réveillant. Les torrents se feront vertueux. Dans un matin imaginaire et fiévreux. Où nous aurons pris rendez-vous. Au bord du ravin du temps. Méprisant l’intense. Violence se rappelant à nous. Qu’hier et à jamais. Orphelins de cette idée. Éprouvée de se manquer. Ici et dans le néant. Que notre présent restera étouffant. Je regarde la photo. Me languis et rugis. Frappant le plafond de trop. Fait de verre comme ce soulier qui se brise. Dans les contes où rampe une misère grise. Cette lionne désespérante et félonne. Qui du cruel de ses yeux. Griffe nos âmes bleues. Et, je sais qu’il en restera ainsi. Confronté à jamais à ta photo jaunie.

Lire la suite

Notre château

Publié le 5 déc 2017 | Aucun commentaire

romantisch, gothique, romantique, gotisch, rêve, fantastique, fantastisch, sombre, dunkel, traum, romántico, gótico, soñado, oscuro, fantástico, romantico, gotico, sognato, scuro, fantastico, porte, eau, pierres, , eau, see, mer, cimetière, croix, poème d’amour, lettre d’amour, roman gothique, poème romantique, lettre romantique, poème gothique, gothique et romantique, larme, église gothique, mélancolique, mélancolie, nuit, night, dark, sombre, memories, souvenirs, melancoly, soulages, Baudelaire, Verlaine, Rimbaud, Soulages, noir, baudelaire, verlaine, rimbaud, friedrich, Friedrich, Nietsche, nietsche, noir, black, Maupassant, Mary Shelley, Lewis, Irving, Frankenstein, vampire, vampyre, château, castle, Mozart, mozart, diable, diabolique, Victor Hugo, fantôme, Fantôme, fantome, fantômes, Mont-Saint-Michel, mont saint michel, tombe, grave, doll, poupée, cathédrale, vitraux, vitrail, plage, seaside, beach, Verlaine, Appolinaire, Rimbaud

Je tire ma révérence à l’enfance. Écartelant les mâchoires du carcan. De mes rêves impassibles. Je crache sur la poussière du temps. M’apitoyant sur l’araignée laborieuse. Fille de souvenirs irascibles. Moi tissant avec de la lieuse. La paille recouvrant mes doutes et mes failles. Je fuis hier me plongeant dans la nuit. En prenant la lumière du falot. Tenu par une patrouille de badauds. Comme étoile polaire infantilisante. Placée là pour guider mes pas. Vers une vision décadente. D’être un cheval de bois sur un manège. Où se damnent mes souvenirs un soir de neige. J’entends un orgue de barbarie. Je relève une odeur de vomi. Rêve de notre château qui fut si beau. Arlequin boulimique de nos jeux. Magicien magnétique de nos vœux. Protégés par des murs aux velours capiteux. Vertiges de nos assauts furieux. Absous dans le sarcophage de l’ivresse. Une bouteille de verre à la mer. Parle-moi de nos faiblesses.

Je prédis à nos enfants absents. Des ciels tristes et gris. Pour qu’ils acceptent le compromis. D’une vision intemporelle du temps. Où les nénuphars seront artificiels. Les escargots rapides comme des gazelles. Leur terre ne sera pas ronde. Au travers du prisme de l’interdit. Ce diabolique à l’âme féconde. Coupant ses fleurs sur un sol maudit. Mais ils forceront la gravité à se plier. S’élevant entre le saule et le peuplier. Sur une partition où l’azur sera bleuté. Nous dans les mains des pétales d’oranger. Et, les volcans deviendront tempérants. Rucher d’où s’écoulera le miel des abeilles. Tu lècheras mes doigts. Moi, frénétique de toi. Dans l’éblouissant merveilleux. De rides sur une peau de vieux. Oraison d’une pénombre glorieuse. Dans la fatalité limpide et liquoreuse. De la ciguë de l’érosion de notre temps. J’arrache au présent sa date de péremption. Je crucifie l’idée de toute soumission. Rebelle à tout jamais je t’interpelle. Parle-moi de nos exceptions.

J’ai caressé la tête d’une louve. Une nuit de froid dans les bois. Martyre de chasseurs que je désapprouve. Nous sommes allés dans une taverne. Enfumée au fond d’une caverne. Nous avons parlés de nos amours amers. En observant du lichen incrusté sur de la pierre. L’aube décatie nous a sortis de notre misère. Sur un radeau en ermite je suis parti. Vers les grands lacs en quête d’oubli. Crépusculaire où planent des chouettes. Et leurs têtes de marionnettes. Devant une fourmilière rouge et noire. A l’activisme sans espoir. Moi, qui pense à toi. Je suis loin de toi. Rêve de notre château qui fut si beau. Quand nous étions jeunes et orgueilleux. Quand nous faisons des projets audacieux. Je regarde le ciel obscurci. Pour en chasser la nuit. Je dessine des elfes et des trèfles. Je survis avec des orties et des nèfles. Dans la mélancolie de notre passé enfui. Entêtant, violent et absent. Je m’adresse au vent. Parle-moi de lui tout le temps.

Lire la suite